CNAPEST CIRTA

CNAPEST CIRTA

Où se situent les problèmes de la femme au sécteur de l\'éducation et au cnapest?

0 appréciations
Hors-ligne

Pourquoi s’attarder trop devant le problème de l’absentéisme, les enseignants sont assez consciencieux pour s’absenter sans motifs ou justificatifs d’autant plus que ceci n’est pas une nouvelle lois et que c’est conforme à la législation du travail depuis toujours, à condition qu’on ne confonde pas les absences de la grève avec ces absences !
Par contre voici quelques problèmes que vivent une catégorie assez importante dans notre secteur qui est la femme enseignante qui valent la peine que le ministère et le syndicat en discutent et essaient de trouver des solutions ,des problèmes qui en sont quelques part à l’origine de ces absences sachant que ces femmes représentent 75 % du secteur ,et cela implique beaucoup le rôle du syndicat .
Car il faut rappeler que les femmes enseignantes dans notre secteur ont beauccccoup de problèmmmes socioprofessionnelles aujourd'hui, mais qui ne sont jamais pris en charge, et que l'écho de leurs cris ne parvient jamais à bon entendeur !
Comme les congés de maternité, les heures d'halètement, les garderies d'enfants, etc...sachant que chacun de ces problèmes est aussi énorme que son précédent
N’est il pas temps de prendre en charge les problèmes de ces femmes enseignantes sachant qu’elles sont majoritaires dans le secteur, que de les laisser livrées à elles même, s'égarer toutes seules entre les bureaux des DE afin de réclamer le virement ou la rectification de leurs salaires souvent sujet d'erreur ou de retard après chaque congés de maternité ? ou courir des marathons dans les bureaux des casorec afin de prolonger leur congés de maternité de 3 mois à un autre petit mois ,tandis que dans les autres pays comme en France le congé de maternité dure toute l’année aux choix du couple ? ou continuer à les laisser vivre le cauchemar des garderies pour leurs enfants ?combien d'enfant et de bébé à eu d'accident parce qu'il n'était pas livré à la bonne personne ou nourrisse, Parce que la femme enseignante devait joindre son travail ponctuellement, tandis que les autres institutions ou entreprises n'ont pas ce genre de problème comme la sonatrach par exemple ?est ce que ce dossier n’est il pas aussi important que celui de la retraite ou celui de la médecine du travail ou celui de l’absentéisme ?
Est ce que cette même femme n’a que des devoirs , en tant qu’enseignante donner un meilleur rendement dans son travail vis-à-vis son ministère sans que pour autant on cherche à améliorer sa situation ou à trouver des solutions à ses problèmes sociaux ? et en tant que syndicaliste ou syndiquée n’a que le devoir de payer ses cotisations, d'être à l'avant-garde des sit in , faire la grève dans la salle des proff, et subir les ponctions sur son salaire et les mises en demeures c’est tout ?
N’a-t-elle également des droits, celui de décider de ses propres problèmes et revendiquer leurs solutions ,ou devraient elles tout simplement démissionner et rester à la maison et jeter toute la responsabilité sur le père de la famille ,ou est ce qu’elles se situent cette femme dans tout cela , n’y avait il pas un jour dans l'un des discours de monsieur le coordinateur national une intention de prendre en charge ses problèmes et même celui du harcèlement sexuel , Qu'en est il de ce projet , Est ce que ces femmes devraient s'adresser à lui en tant que homme ou à d'autres hommes au niveau de leurs bureaux wilaya afin d'exposer leurs problèmes si embarrassants ?
N’est - il pas plus convenant et plus commode que ces femmes opprimées puissent s'adresser à des syndicalistes femmes pour qu'elles soient plus à l'aise à s'exprimer et demander de l'aide , Et puis ou sont nos femmes syndicalistes, Pourquoi il n'y a presque pas de femmes syndicalistes aux instances importantes du cnapest, sinon aucune au conseil national pour faire parvenir leurs appels ?
A moins que le rôle de la femme syndicaliste au cnapest ne soit que secondaire ou occasionnelle ?!!!
Maintenant si le problème réside dans certaines virilités machistes qui discriminent la femme qui la marginalisent et refusent de voir ses problèmes, et de la voir présente partager la prise des décisions, il serait temps de corriger ces comportements non civilisées et contradictoires avec les principes du CNAPEST , la noblesse de notre métier,et notre niveau d'instruction,parce qu'on le veuille ou pas la femme est un paramètre vital pour le cnapest et pour l’éducation.
Sachant que l'histoire a démontré déjà le grand combat de la femme ,celle qui a gravé l'histoire de la révolution algérienne un jour ,et celle qui a gravé l'histoire du cnapest il n' y a pas longtemps ,et la moindre preuve c'est le combat de ces courageuses enseignantes de Mostaganem ,qui ont été traînées en justice et subis de lourdes sanctions et enduré le pire lors de ces vacances de l'été parce qu'elles étaient dévouées à leur cause ,parce qu'elles avaient refusé de s'incliner ,et qu' elles sont resté déterminées jusqu'à la dernière seconde .
Pour prouver que la femme ne manque ni d'engagement ni d'abnégation ,ni d’intelligence ni de détermination .. .et restera toujours femme.
Vive le cnapest !


vive l'algerie
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie الرأي الحر.

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 62 autres membres